L'allaitement entre normes et transgressions. Lieux, espaces, temporalités d'une pratique: approches anthropologiques et historiques

18 juin 2015

L'ALLAITEMENT ENTRE NORMES ET TRANSGRESSIONS.

Lieux, espaces, temporalités d'une pratique: approche anthropologiques et historiques

Journées d'étude - 18 et 19 juin 2015

Université de Genève, bâtiment des Philosophes, salle 211, dès 9h30Pages de 2015_A3_Affiche_conference17-19juin_OK_3.jpg

Programme.pdf

Dans les politiques de l’OMS, l'allaitement, de son initiation jusqu'au moment du sevrage, est encadré, notamment depuis les années 1990, par différentes normes temporelles qui définissent ses modalités et sa durée. Il en résulte une série de protocoles visant à accompagner, voire à orienter les pratiques de nutrition des nouveau-nés : on produit ainsi une culture où la valorisation de l’allaitement exclusif au sein par les mères est présentée comme une priorité politique, sociale et morale.

Ces normes sont émises et diffusées par les organismes de santé publique et les expert-e-s en lactation et nutrition infantile sous la forme de « recommandations ». Il s’agit cependant de normes historiquement construites, qui sont le résultat de tensions et de négociations. En effet, des indications, parfois contradictoires, sur les modalités de l'allaitement émanent de différents milieux médicaux et scientifiques, mais sont également l’expression d’idéologies (morales, sociopolitiques) et de visées commerciales de l’industrie alimentaire. Les pratiques d’allaitement obéissent de leur côté à une pluralité d’enjeux et à des motivations à la fois collectives et individuelles. Elles sont dès lors le résultat de l’appropriation personnelle ou de la mise en question des normes.

A partir de ces éléments découlant de l’actualité récente des pays industrialisés, ces journées d’étude, organisées dans le cadre du projet Sinergia « Lactation in History », invitent à problématiser les variables complexes, à la fois historiques et anthropologiques, qui inspirent les productions normatives sur l’allaitement d’une part et qui, d’autre part, orientent ou influencent les pratiques elles-mêmes, marquant les comportements individuels et familiaux, et les relations de genre.

La rencontre, organisée sur deux jours et visant à croiser les perspectives et les horizons de recherche – historique et anthropologique – des chercheur-e-s invité-e-s, s’articulera autour de deux principaux axes de réflexion : Les temporalités de l’allaitement : de l’initiation au sevrage et

Les lieux en question : l’allaitement et les corps allaitants entre espaces domestiques et sphère publique .

Cette étude sur la relation entre les temps et les modes de la première nutrition, dans des lieux institutionnels spécifiques aussi bien que dans des espaces historiquement déterminés pour l’époque moderne et contemporaine, vise à ouvrir la réflexion à la fois aux différentes pratiques d’allaitement et aux enjeux qui les entourent, inspirant la production des normes, tout comme leur transgression.