Recherche

Nos axes de recherche

Bénéficiant de l’environnement stimulant de l’Université de Genève et de la Faculté de Sciences Economiques et Sociales, le laboratoire Medi@LAB développe, grâce à une équipe pluridisciplinaire (sociologie, communication, économie, management, etc.), des recherches et expertises autour de 4 axes :

  1. Usages et médias numériques (médias sociaux et communautés : Twitter, Facebook, LinkedIn, etc., cartographie de réseaux, impact des médias, réputation…)
  2. Communication (stratégie de communication, communication de crise, communication politique, influences des médias, community management)
  3. Economie et management des médias (économie numérique, des télécommunications et de l’Internet, nouvelles technologies, branding, études de marchés, publicité et audiences, concentration des médias…)
  4. Journalisme et nouvelles pratiques sur Internet (nouveau journalisme, web-journalisme, protection et sécurité des données, traçabilité…)

D’un point de vue méthodologique, l’équipe s’appuie sur des méthodes qualitatives et quantitatives (questionnaires fermés, ouverts, semi-directifs, sondages, enquêtes en ligne, analyse de contenu, analyse de discours, analyse de données et prévisions économiques, métriques de l’Internet).

Activités de recherche

Patrick-Yves Badillo

Thématiques de recherches

  • Socio-économie des médias
  • Innovation et société
  • Communication et organisations 
  • Enjeux et mutations des médias

Collaborations et mandats en cours ( 2014-2017)

Co-responsable et co-requérant du projet de recherche : Health and Internet : Uses, Language practices and Innovations in communication” (Acronyme du projet : CLIP-H : Communication Language Internet Project in Health): dans le cadre du Réseau thématique Langage et communication (RT-L&C) financé par le Rectorat de l’Université de Genève à hauteur de 400’000 frs. Collaboration avec MER Patrick Amey (UNIGE)

Responsable d’une recherche financée sur le marché suisse de la publicité. Collaboration avec le Laboratoire LEA (UNIGE), Prof. Y. Flückiger et Prof. M. Pellizzari, et l’Université de Fribourg, Prof. D. Bourgeois.
Responsable du Projet international SMAshing (Social Media And Innovation), financé par le Fonds National Suisse de la Recherche. Collaboration avec le Centre de Recherche Henri Tudor, Luxembourg, Directeur de recherches P.-J. Barlatier, et l’Université de Technologie de Sydney, Prof. E. Josserand. 
Co-responsable du volet européen de l’International Media Concentration Project, avec Columbia University, Prof. Eli Noam, voir http://ukcatalogue.oup.com/product/9780199987238.do
Membre du comité scientifique de la Chaire d’économie numérique, Université Paris-Dauphine, Prof. D. Roux ; Thèmes de recherches : e-media et e-learning; http://www.fondation.dauphine.fr/recherche/chaire-economie-numerique/chaire/9/
Collaboration en Suisse avec l’Université de Neuchâtel (UNINE), Prof. A. Dubied, et l’Université de Fribourg (UNIFR), Prof. D. Bourgeois
Collaboration avec M. Russell, Directrice générale de MediaX, Stanford University,  Thème de colaboration : social media and new technology
Relations internationales dans le cadre du réseau sur la concentration des médias Université de Porto, Prof. P. Faustino ;Lomonosov Moscow State University, Prof. Elena Vartanova, Dean of the Faculty of Journalism
Collaborations avec un réseau francophone autour de recherches sur les industries culturelles Université de Grenoble, Prof. Pailliart et Prof. B. Miège ; Université du Québec à Montréal, Prof. E. George, Prof. S. Proulx, Prof. G. Tremblay ; Université Paris 13, Prof. P. Moeglin.

 

Patrick Amey (depuis 2008)

2016-2019  Titre de la recherche : Health and Internet : Uses, Language practices and Innovations in communication” (Acronyme du projet : CLIP-H : Communication Language Internet Project in Health): dans le cadre du Réseau thématique Langage et communication (RT-L&C) financé par le Rectorat de l’Université de Genève à hauteur de 400’000 frs
Co-responsable et co-requérant: MER Patrick Amey, Responsable et co-requérant: Prof. Patrick-Yves Badillo
Key words: Innovation in communication, media, on line communities, health campaigns, social media
Fields: innovation, technology and society, communication and media, health and medicine, pragmatic linguistic, content analysis.
Description:  This research project is pluri-disciplinary.
Aim: Analyzing communication by media (newspapers, Television News), Internet users and online communities. The aim of the research is to focus on “Clean Hand Save Lives” campaign which took place in media and on social networks. Cartography will be used to highlight communication networks structure and “e-influencers” behaviour. On the other hand, content analysis and discourse analysis will be proposed with 1) a pragmatical approach in order to underline specific pattern of interaction 2) a content analysis in order to discover how agenda-setting theory may explain indirect influence between journalistic discourse, Internet online-communities and medical health discourse.

2014-2015 : Titre de la recherche : « Media practises and information access in International Organization : Requérant : Patrick Amey, Sébastien Salerno, Patrick-Yves Badillo. Responsable : Patrick Amey. Mandant: Human Rights Watch. Objectif: Déterminer les pratiques d’accès à l’information et l’usage des médias et des médias sociaux par les leaders des Organisations Internationales établies sur la place genevoise. Méthodologie : questionnaire fermé et traitement en termes de statistique descriptive

2011-2014: Titre de la recherche : « Le cadrage de l’énergie nucléaire en Suisse : les discours d’information journalistiques et les jeunes » Requérant : Patrick Amey. Subside de recherche attribué par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (Division 1). Collaborateurs : Katharina Niemeyer, Chloé Rosselet, Juliette Robert Charrue, Lorenzo Quolantoni. Objectif: Déterminer les arguments et cadres d’interprétation des discours d’information dans la presse écrite et les journaux télévisés au sujet de l’énergie nucléaire en Suisse et mesurer l’influence de ces discours sur les perceptions des jeunes. Méthodologie: Analyse de l’argumentation, analyse de discours, analyse de contenu et focus groups.

2010- 2011: Titre de la recherche : « Mobile phone usage, communication behaviour and social network « Responsable: Patrick Amey Collaborateurs de recherche: Laurence Loviat (assistante), Gaetan Clavien (adjoint scientifique), Alexis Gabadinho (collaborateur scientifique au Laboratoire de démographie et d’études familiales). Recherche mandatée par le Nokia Research Center (« Pervasive communication laboratory », EPFL, Lausanne). Aim : Longitudinal analysis of mobile phone behaviours and usage. Research field : Sociology of usage and social network analysis, communicative practises and mobile phone usage (sample of 170 mobile phone users. Methodology: descriptive and explicative statistical data analysis using a real time measurement experimentation and a questionnaire.

2010- 2012 Titre de la recherche: Etude » JAMES »: Les médias au quotidien chez les adolescents en Suisse. Partenariat avec le professeur Daniel Süss (Haute Ecole des sciences appliquées de l’Université de Zürich, département de psychologie appliquée). Collaboratrices de recherche : Ekaterina Ermolina, Vania Da Graça, Jennifer Blanchard. Objectif : Analyse des motivations d’usages du téléphone portable et d’Internet, ainsi que des effets de compétences de ces nouveaux médias sur les adolescents (classe d’âge des « 12-19 ans »). Méthodologie pratiquée : questionnaire fermé soumis, à l’échelle nationale, à un échantillon de 1195 adolescents.

2009-2011: Titre de la recherche: « Tous journalistes? Le défi de la formation des étudiants au professionnalisme journalistique face aux nouvelles pratiques informationnelles d’expression amateur sur le Web » Responsable pour l’Université de Genève : Patrick Amey. Recherche financée par le CNRS (en partenariat avec Prof. Pélissier, Université de Nice Antipolis, Prof. Claudine Carluer, Université de Grenoble et Prof. Mirela Lazare, Université de Bucarest). Objectif : Mesurer sur la base d’une comparaison internationale les attitudes et les représentations des journalistes et des étudiants à l’égard des nouvelles formes de pratiques de journalisme en ligne. Méthodes : entretiens, focus groups et questionnaires soumis à des étudiants universitaires et à des praticiens des médias.

2008-2011 : Titre de la recherche : « Analyse en continu des programmes radio/TV de la SRG SSR » et « Analyse en continu des programmes de radios/télévisions privées » Responsables en Suisse romande : Patrick Amey et Katharina Niemeyer. Collaboratrice de recherche: Manon Germond, Meret Steinemann, Fabian Schluep, Carole Scheurer. Rercherche subventionnée par l’Office fédéral de la communication (OFCOM). Partenaires : Université de Lugano (Dr. Ruth Hungerbühler, Instituto Media e Giornalismo) et Publicom (Dr. René Grossenbacher, Zürich). Objectif : Opérationalisation des critères de qualité du service public et analyse de contenu systématique (longitudinale) des programmes des diffuseurs TV et stations radio publics et privés (à partir de la nouvelle concession radio-TV de 2008). Rapport OFCOM Radios publiques 2008

2009-2010 : Titre de la recherche : Dispositif télévisuel et cadrage de la politique et du personnel politique dans les émissions d’infotainement (recherche non financée) Objectif : Mise en rapport du dispositif télévisuel avec les modalités de cadrage de l’information et de la politique dans des séquences d’interviews journalistiques: l’émission Le Grand Journal (Canal+). Méthodologie : Analyse de discours et Analyse de l’argumentation.

École doctorale

De la filière doctorale…

filiere-doctorale.jpgLe programme en information, communication et médias de l’Université de Genève possède sa propre Ecole doctorale depuis 2003. Les sciences de la communication, de l’information et des médias représentent un domaine scientifique en pleine expansion et en constante évolution. Il est par définition multidisciplinaire, transdisciplinaire, multidimensionnel et multiréférentiel aussi. Information, communication et médias sont ici envisagées dans leur acception la plus large, celle d’interdiscipline des sciences qui les étudient. Que l’on se réfère à l’anthropologie, à la philosophie, à l’histoire, à la sociologie, à la psychologie cognitive, à la psychosociologie et aux technosciences, il s’agit de montrer la grande diversité et complémentarité des approches communicationnelles des phénomènes humains. Ni l’information, ni la communication, ni les médias ne doivent être envisagés comme des objets autonomes et autosuffisants. Leur étude montre que toute société a besoin d’instances de médiation et que ces dernières constituent des composantes à part entière du processus de socialisation et de civilisation.

A la recherche appliquée…

publications.jpgLes responsables du secteur Communication et médias répondent également à des demandes de recherche appliquée. Le Groupe de recherche  » Diagnostic des événements médiatico-politiques » effectuent des recherches tant fondamentales qu’appliquées sur plusieurs problématiques sociales, politiques et culturelles.

Aux publications

Doctorants, membres de l’équipe permanente, professeurs invités : plus d’une trentaine d’universitaires confirmés et de chercheurs publient régulièrement des articles ou proposent des working paper.

Les doctorants

« POLITIQUES ET INNOVATIONS  SOCIO-ÉCONOMIQUES DANS LE SECTEUR CONVERGENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET DES MÉDIAS AU SEIN DE L'UNION EUROPÉENNE. CONSTRUCTION DES POLITIQUES ET STRATÉGIES DES ACTEURS.»

Sans-titre1-e1425825469708.png

Kenji Tsuchiya

Directeur de thèse

Professeur P.-Y. Badillo

Sujet de la thèse

Cette thèse porte sur l’analyse de la construction d’un cadre spécifique d’action des politiques publiques au sein de l’Union européenne et les stratégies des entreprises médiatiques face à la convergence numérique des télécommunications et des médias.

L’accent est porté sur la construction au sein de l’espace communautaire d’un cadre intelligible d’action face aux innovations technologiques. Les jeux d’acteurs et les configurations politiques, économiques et sociales sont mis en avant afin de souligner la spécificité européenne de la convergence numérique et des politiques mises en place.

L’analyse des entreprises médiatiques porte sur l’étude des stratégies gestionnaires et des « tactiques » face au évolutions technologiques, aux usages et à la construction d’une identité aux contours flous.

À travers l’étude de ces deux espaces d’action, l’objectif est de mettre en avant les stratégies ainsi que les processus de rationalisation des identités, aussi bien d’un point de vue gestionnaire que communicationnel.

S’inscrivant dans une approche interdisciplinaire, cette thèse emprunte aux théories des sciences politiques, de la communication et des médias et des sciences de gestion.

Biographie

Kenji Tsuchiya est diplômé en Science Politique de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, en Sciences de Gestion de l’Université Paris Ouest Nanterre ainsi que de l’Institut Français de Presse de Paris Panthéon-Assas. Il est titulaire d’un master en Economie et Gestion des Télécommunications et des Médias de Paris Dauphine et d’un master en Sciences de la Communication du CELSA Paris-Sorbonne. Ses sujets de recherche et d’intérêts portent sur le web et social-mining, le marketing des médias et les interpénétrations entre Sciences Politiques, Sciences de la Communication et des Médias et Sciences de Gestion. Kenji Tsuchiya réside actuellement à Londres.

« MÉDIAS SOCIAUX ET INNOVATION - LE PARADOXE NUMÉRIQUE »

Sans-titre5-e1425827227404.png

Angela Bacchetta von Beckh

Directeur de thèse

Professeur P.-Y. Badillo

Sujet de thèse

Candidat au doctorat dans le cadre du projet Smashing. Le projet de Recherche « Smashing » est financé par le Fonds National Suisse, ainsi que le Fonds de Recherche Luxembourgeois par le biais de LIST, (Luxembourg Institute of Science and Technology) qui coopèrent dans le cadre d’un « consortium agreement » avec la participation de University of Technology, Sydney. Ce projet est dirigé par le Professeur Patrick Yves Badillo, directeur du MediaLab, UNIGE, en ce qui concerne les activités de l’Université de Genève.  Le titre

Smashing – Social Media and Innovation résume la problématique principale qui vise à analyser les liens entre l’Innovation au sein des organisations (entreprises, institutions internationales etc.) et les média sociaux comme les réseaux sociaux publics ( LinkedIn, YouTUBE, Facebook etc.) mais aussi intra-entreprises comme Yammer. Par conséquent, le sujet suivant est le fil conducteur de cette recherche: dans quelles conditions les réseaux sociaux sont accélérateurs d’innovation au sein des organisations, mais éventuellement aussi des freins? Les travaux de recherche sont menés dans un cadre de sondages quantitatifs et qualitatifs, ainsi que des études de cas au sein des entreprises, comme le groupe Bolloré. Première publication prévue concernant les résultats initiaux, centrés autour de la problématique du paradoxe numérique.

« TRAITEMENT DE L'INFORMATION IDENTITAIRE (PATRIMOINE SYMBOLIQUE) PAR LES MÉDIAS ÉCRITS ET CONSTRUCTION D'UNE IDENTITÉ COLLECTIVE DE CONURBATION. UNE ÉTUDE DE CAS: LA MISE EN PLACE DU PROJET FRANCO-VALDO-GENEVOISE. (2005-2008) »

Sans-titre2-e1425826210231.png

Grégory Tesnier

Directeur de thèse

Professeur P.-Y. Badillo – Uli Windisch

Sujet de la thèse

Construire et développer des projets d’intégration territoriale l’échelle d’une conurbation est un exercice politique qui nécessite un travail de communication particulier. Les politiques publiques se basent ainsi sur des  stratégies et des outils de communication originaux pour mettre en valeur une identité collective propre à l’ensemble d’une agglomération. L’agglomération franco-valdo-genevoise offre ici un champ d’étude particulièrement intéressant. Cette dernière est composée de plus de 200 communes, suisses et françaises, où résident aujourd’hui près de 800000 habitants. Pour combattre les discontinuités administratives à l’intérieur de cet espace, les autorités françaises et suisses ont décidé de renforcer la coopération transfrontalière à travers un défi commun: le Projet d’agglomération franco-valdo-genevois lancé en 2005 (qui se nomme aujourd’hui Grand Genève). Cette démarche a abouti à la signature, le 5 décembre 2007, d’une Charte d’engagement. La période qui s’étend du début de l’année 2005 au début de l’année 2008 constitue alors l’enfance d’un Projet politique de conurbation dont l’ambition est de se développer toujours davantage. C’est cette période de l’enfance du Projet que notre recherche se  propose d’étudier. Nous analysons comment le Projet d’agglomération franco-valdo-genevois – et notamment le message identitaire qui lui est lié – a été traité dans la presse entre 2005 et 2008. Cette recherche permet également de définir et d’utiliser la notion de « patrimoine symbolique identitaire » comme outil d’analyse des discours politiques et médiatiques.

« LA COMMUNICATION DE CRISE DANS LES ORGANISATIONS PUBLIQUES »

Sans-titre-200x300.png

Anne-Claude Steiner

Directeur de thèse

Professeur P.-Y. Badillo

 Sujet de la thèse

La communication de crise est un domaine transversal de la communication qui prend aujourd’hui de plus en plus d’importance. Les collectivités, tout comme les entreprises, doivent se préparer à gérer des situations de crises et déployer une communication circonstancielle.

Ainsi, ce travail a plusieurs objectifs. Le premier consiste à faire un rapide état des lieux de la communication de crise dans les organisations publiques à Genève. Ensuite, il conviendra d’analyser plus spécifiquement les enjeux politiques, stratégiques et organisationnels de la communication de crise dans ces organisations. Cette analyse débouchera sur l’élaboration d’une méthodologie.

Publications et colloques

 Publication: Who owns the world's media

7526519.image.jpgL’ouvrage Who earns the world’s media détaille les résultats d’une étude supervisée au niveau européen par le Professeur Badillo, Université de Genève.

La photographie des propriétaires de médias à travers le monde et la quantification de la concentration est proposée. Internet cannibalise la pluralité. La Suisse fait figure dʹexception dans le paysage médiatique mondial.

Pour en savoir plus: l’interview du Professeur Badillo par Thierry Fisher dans Medialogues, RTS.

Contact: Patrick.Badillo(at)unige.ch

Who owns the world’s media?
Media Concentration and Ownership around the World
Eli M. Noam and The International Media Concentration Collaboration

1440 pages, Oxford University Press, 2016.

 

Philippe Amez-Droz publie deux ouvrages

Médias suisses à l’ère numérique & La mutation de la presse écrite à l’ère numérique

AMEZ-DROZ-PH-UNI-MAIL.jpgSous la pression d’Internet, les mutations de la presse sont inéluctables. Les faiblesses structurelles de la presse écrite imprimée ont été révélées notamment par la crise financière de 2008. Cette fragilisation s’est étendue à l’ensemble des pays industrialisés en raison d’un changement dans les usages de la consommation des supports informationnels. Philippe Amez-Droz a consacré sa thèse de doctorat en sciences de la communication, de l’information et des médias, à l’Université de Genève, à « La presse écrite à l’ère numérique » dans le champ de la discipline de l’économie des médias.

 

Savoir_Suisse_Medias-Ere-num_PAD-150x150.pngMédias suisses à l’ère numérique décrit en particulier le basculement numérique des groupes médiatiques suisses. Ceux-ci font l’objet d’une description détaillée, sous l’angle de l’économie des médias et de la stratégie adoptée pour réussir cette mutation (concentration, diversification, nouvelle offre tarifaire, etc.). La dématérialisation des biens d’information et l’accès aux contenus sur supports numériques mettent en exergue de nouveaux modèles économiques où l’on voit s’affronter groupes privés et médias du service public (SRG SSR), mais aussi l’ensemble des médias issus du modèle traditionnel, dit de proximité, et les nouveaux médias, globalisés et mondialisés. Les enjeux d’une nouvelle régulation, l’évolution des recettes publicitaires et le débat politique en Suisse sur les diverses formes d’aides aux médias d’information sont nécessairement abordés. Ce tour d’horizon complet, remarquablement documenté, permet de mieux comprendre le défi majeur auquel font face aujourd’hui les médias suisses.

 

Mutation-presse-écrite_PAD-213x300.pngLa mutation de la presse écrite à l’ère numérique développe la problématique de la crise de la demande publicitaire de 2008-2009 sur l’offre de contenus d’information, en Suisse et dans quelques pays industrialisés, en l’occurrence la France, l’Allemagne et les Etats-Unis. La convergence numérique marquée par l’émergence de nouveaux entrants, très innovants, a provoqué de multiples restructurations et disparitions de titres. Elle a aussi permis une prise de conscience quant à la nécessité de changer de modèle économique. Dans le cadre des sciences de la communication et de la discipline de l’économie des médias, l’auteur décrit les effets de réseau qui caractérisent les échanges sur le marché biface de la presse écrite en mutation.

 

Ouvrage « le futur est-il e-media ? » : extraits de chapitres

e-media_pic_contour-197x300.pngLe livre « le futur est-il e-media ? », paru en 2014 chez Economica, rassemble les articles de nombreux chercheurs et experts de renom, qui livrent leur analyse des principaux enjeux liés aux transformations liées au Web 2.0.

Voici une présentation d’une sélection d’articles, dont l’introduction du Professeur Eli Noam de Columbia, qui parle de l’avenir de la télévision (« le cloud TV »). Seront également ici présentés: l’article du Prof. Badillo, de Chloé Rosselet et Sandra Zanelli « des réseaux sociaux aux technologies sociales: une ré-innovation numérique ascendante », l’article sur l’avenir de la presse écrite « Paywall, versioning et blended media » du Prof. Badillo et de Philippe Amez-Droz, « la ré-innovation numérique et les nouveaux usages » du Prof. Badillo, de Sami Coll et de Virginie Zimmerli, « les évolutions de la communication politique. Du journal au streaming » de Sébastien Salerno et enfin l’article « les jeunes et les usages de médias: des pratiques info-relationnelles » de Patrick Amey.

L’avenir de la télévision – la quatrième génération : « cloud-TV », le nuage des nuages

Eli Noam

La quatrième génération est la télévision en ligne. Si la numérisation a été en quelque sorte utile pour les experts en technologie, elle n’a pas fait pas de grande différence pour les utilisateurs. Le format du contenu télévisé, analogique ou numérique, n’a pas eu d’influence sur la manière dont les utilisateurs consomment les programmes télévisés. Cependant, la télévision en ligne basée sur cette numérisation rend possible un type de télévision différent, dont on peut déjà observer l’émergence de nos jours.

Il y a tout simplement plus de contenu télévisé. De la même manière qu’on a commencé avec cinq chaînes, puis 30, puis 300, il se peut qu’on en ait un jour 3000 et qu’elles soient de plus en plus spécialisées. C’est généralement de cet aspect dont on parle lorsqu’on se réfère à la « longue traîne », ce vaste répertoire de contenus, hautement spécialisés et générés par les utilisateurs. Mais plus encore, on peut parler en termes d’approfondissement de la télévision. Le concept d’approfondissement fait référence à la croissance continuelle de la quantité de signaux sensoriels, mesurés en termes de bytes par seconde, qui atteignent les utilisateurs.

Ceci représente une tendance historique. Sur les cent dernières années, la quantité de contenus par seconde a constamment augmenté avec l’impression, puis la radio, puis la télévision noir et blanc, puis la télévision couleur, et ainsi de suite. Cette tendance a des conséquences sur le style du contenu. Autrefois, quand les bytes étaient rares, il était couteux de produire et de reproduire. On avait des romans, des livres et des poèmes en contenu très condensé. Lorsqu’il est devenu plus avantageux de produire du contenu, comme des films, on a assisté à une augmentation de la distribution : l’impact sensoriel était alors beaucoup plus conséquent. Aujourd’hui, grâce à la technologie, la stimulation visuelle est plus importante. C’est pourquoi un vieux film peut nous paraître lent et ennuyeux, tandis qu’un contenu récent, au contraire, fait preuve, à nos yeux, d’un rythme bien plus rapide.

Des réseaux sociaux aux technologies sociales : une ré-innovation numérique ascendante

Patrick-Yves Badillo, Chloé Rosselet et Sandra Zanelli

Le développement des technologies sociales, amorcé depuis une dizaine d’années seulement, marque un virage sans précédent dans le développement d’Internet. Non seulement les TS changent les habitudes des individus qui développent de nouveaux modes de sociabilité, mais elles ont pour effet de bouleverser les usages d’autres acteurs, notamment économiques, comme nous l’avons démontré précédemment. D’une part, elles offrent aux entreprises une passerelle inespérée vers des millions de données personnelles à même d’alimenter des études de marché (sur la base de social graphs). D’autre part, elles permettent un rapprochement et une interactivité avec le public, susceptibles de générer de nouveaux produits (via le crowdsourcing), et donc d’accroître considérablement le chiffre d’affaires des entreprises.

Cependant, ces opportunités vont de pair avec toute une série de risques et de difficultés liées à l’e-réputation, à la qualité des informations, à la propriété intellectuelle et à la communication. Aujourd’hui, la grande majorité des entreprises désireuses d’intégrer les technologies sociales s’avancent en terrain méconnu, voire inconnu. Le caractère ouvert et horizontal d’Internet bouleverse les structures organisées de façon pyramidale dans les entreprises. Pour pouvoir y parvenir, il est désormais de plus en plus admis qu’elles doivent renoncer à une partie de leur contrôle et adapter leur culture d’entreprise traditionnelle aux nouveaux usages du Web 2.0. Comme l’expriment Deiser et Newton, « to thrive in the world of social media, leaders need to acquire a mind-set of openness and imperfection, and they must have the courage to appear “raw” and unpolished ». Dans un monde numérique où les individus règnent en maître, il semble inévitable pour les acteurs économiques de faire évoluer les relations purement commerciales de type verticales vers des relations plus humaines, sociables et évidemment multidirectionnelles.

Paywall, versioning, blended media… quel avenir pour la presse écrite ?

Patrick-Yves Badillo, Philippe Amez-Droz

Le paiement de l’information de qualité se met en place progressivement dans une longue transition qui a été amorcée depuis plusieurs années déjà. Le paywall est un élément de solution de la crise de la presse. La violence de cette crise a été illustrée durant l’été 2013 par les ventes successives de Newsweek, du Washington Post et du Boston Globe (vendu par le New York Times pour un prix vingt-cinq fois moins cher que son coût d’acquisition…). Les groupes de presses des pays développés sont contraints de trouver très rapidement de nouvelles ressources. Une solution consiste à mobiliser toutes les techniques d’utilisation des supports numériques, dans une logique non plus de silo, mais de stratégie globale, de versioning et de blended media. L’enjeu pour les « anciens » médias est de survivre en essayant d’intégrer simultanément deux dimensions. D’une part, le journalisme et la production d’informations de qualité sont un enjeu important du point de vue de la démocratie. Mais, d’autre part, la capacité de différencier l’information et de la proposer selon une multitude de supports numériques ou papier, avec des stratégies d’archivage, de tarification fine, comme le paywall, semble devenir essentielle.

La ré-innovation numérique et les nouveaux usages

Patrick-Yves Badillo, Sami Coll, Virginie Zimmerli

Au cours de cet articles, nous évoquerons les courants de l’innovation en nous appuyant sur le panorama présenté dans Badillo (2013). En premier lieu, selon le modèle du technology push, de Joseph Schumpeter (1912),  la science est à la base de l’innovation. Toutefois, différents modèles sont venus approfondir, compléter, nuancer, voire contredire le modèle originel de l’innovation de Schumpeter, notamment depuis les années 1980. Citons, par exemple, le modèle d’Henri Chesbrough de l’open innovation (Chesbrough 2003; Chesbrough, Vanhaverbeke, et West 2006), qui s’inspire d’observations au cœur de la Silicon Valley et qui élargit la vision schumpetérienne en introduisant l’idée que l’entreprise, la science et la technologie n’ont plus le monopole du pilotage de l’innovation, mais que les idées nouvelles peuvent venir de l’extérieur et impliquer des acteurs qui n’étaient pas prévus au départ. Nous disposons donc d’un modèle qui devient plus riche en opportunités d’innovation mais également plus complexe à analyser. Parallèlement, toujours pendant les années 2000, une prise de conscience a émergé : l’innovation, en particulier l’innovation numérique, se joue de moins en moins dans les cercles étroits du développement technologique, mais implique davantage la capacité des firmes – Google l’a particulièrement bien compris –  à comprendre les usages émergents des utilisateurs.

Nous mentionnerons également les aspects juridiques et éthiques de la question de la protection des données qui, au lieu d’être un frein, pourraient au contraire favoriser une intégration des utilisateurs dans les processus d’innovation numérique, dès lors que cette intégration s’accompagnerait d’un engagement à leur restituer leurs données.

Les évolutions de la communication politique. Du journal au streaming

Sebastien Salerno

Dans les démocraties industrielles du 19ème et 20ème siècle, les principaux outils pour faire campagne étaient les journaux, puis la radio et enfin la télévision. Les partis de masse et les médias de masse avaient pour but d’intégrer le peuple aux affaires publiques. La communication politique basée sur les médias audiovisuels de masse a été fortement critiquée de par ses coûts et la distance qu’elle met entre les hommes politiques et les citoyens. La demande de la presse de masse en scandales débouchant sur la dénonciation des privilèges des élites, et en « histoires » opposant des petites gens contre des détenteurs du pouvoir économique et politique a été exploitée par des leaders populistes. Cette crise de la communication politique coïncide avec la crise que vivent les médias de masse. Ces derniers souffrent d’un manque de confiance des citoyens et surtout de l’arrivée du Web et des médias sociaux qui actuellement transforment l’information et la communication, et ainsi la communication politique. En nous appuyant sur le cas du mouvement politique italien Mouvement des cinq étoiles, nous montrons les possibilités et les limites de cette nouvelle communication politique.

L’hostilité de M5S envers les élus, journalistes et autres médiateurs situés entre le peuple et les affaires publiques (Diamanti et Natale 2013), l’a conduit, en 2013, à proposer aux leaders du PD, Pier Luigi Bersani et Enrico Letta, de diffuser en streaming leurs rencontres consacrées à la composition du gouvernement. Donc de négocier en direct, sous les yeux du public, des questions toujours traitées loin des caméras. Ce qu’ils ont accepté par deux fois. La première rencontre a exposé deux formations que tout oppose et qui luttent pour avoir le contrôle sur la composition du gouvernement. La deuxième a révélé les différences de préparation des dossiers et de maîtrise des détails, ainsi que les capacités de médiation des protagonistes. Dans les deux cas, elles ont montré l’incommunication entre un parti et non-parti.

Les jeunes et les usages des médias:  des pratiques info-relationnelles

Patrick Amey

Les résultats de l’enquête « JAMES » rendent compte de la pluralité des pratiques d’accès et d’échange d’informations chez les adolescents, ces derniers privilégiant par ailleurs un comportement « plurimédiatique. A titre d’exemple, près de trois-quarts des adolescents suisses regardent quotidiennement ou presque la télévision, tout en surfant aussi sur le Net en moyenne 125 minutes par jour en semaine, et trois heures par jour le week-end. Ils par ailleurs aussi à l’aise avec le multitasking, puisque ils parviennent à « surfer » sur le Net tout en écoutant de la musique (78% des adolescents) ou en s’exposant à des programmes télévisuels (35%). Au regard des pratiques informationnelles sur le Net, les adolescents suisses investissent à la fois le Web 2.0 en exploitant la logique de recommandation horizontale et la propagation virale, et les moteurs de recherche, en recourant à leur logique verticale de hiérarchisation et de tri de l’information. Bien qu’ils s’informent grâce à la lecture de la presse écrite à travers les journaux gratuits, ces adolescents restent minoritaires à s’informer par la presse en ligne et par la presse payante, la première étant cependant sensiblement plus investie par les « 17-19 ans ».

Quant aux réseaux sociaux, à travers Facebook notamment, ils bénéficient d’« effets de club», toujours aussi marqués au sein d’une « culture jeune » où la normativité et la pression au conformisme en matière de réseautage sont prononcées. Ces plateformes contribuent à mettre en scène l’ « identité agissante» des adolescents, leur permettant de faire circuler des informations qui les décrivent ou les singularisent au sein de leur communauté de pairs. En cela, porte-drapeau de cet expressivisme si recherché par les adolescents, Facebook se conçoit moins comme un moyen d’étendre coûte que coûte un réseau social préexistant, que comme un outil destiné à confirmer des relations préexistantes et à être connecté à leur environnement social. Au final, la diffusion exponentielle des smartphones observable chez les jeunes entre 2010 et 2012 (16% vs. 66% de taux d’acquisition) et l’avènement annoncé des téléphones 4G feront du téléphone portable un terminal de gestion relationnelle et une plateforme d’accès à l’information, qui consacrera définitivement la culture de l’écran dans laquelle baignent déjà aujourd’hui la plupart des adolescents.

 

Parution de l’article « Le paradoxe de la presse écrite » de Patrick-Yves Badillo et Philippe Amez-Droz dans La Revue Européenne des Médias N°29

LaRevueEuropenneMedias29-212x300.jpgLe paradoxe de la presse écrite : un business model introuvable mais une multiplicité de solutions 

Patrick-Yves Badillo et Philippe Amez-Droz, viennent de publier un article dans La Revue Européenne des Médias. Ils soulignent les enjeux et défis de la mutation numérique de la presse.

Voici quelques extraits de cet article :

C’est à l’offre, aux producteurs de contenus, de s’adapter aux nouveaux usages et comportements des consommateurs sur l’Internet. L’attention est devenue la ressource rare…

La mixité de l’offre médiatique (blended media), soit la combinaison de contenus déclinés sur versions matérielles et numériques, en de multiples formats pour de multiples supports, est une stratégie centrale dans le monde numérique…

La puissance exceptionnelle du numérique est de pouvoir segmenter à l’infini les marchés, non seulement par clientèles, mais aussi dans le temps (faire payer plus cher une information « fraîche » ou, à l’autre extrême, valoriser les archives) et dans l’espace (distinguer des clientèles selon des critères géographiques ou autres)…

Les acteurs du numérique peuvent imaginer de multiples business models qui pourront permettre de financer l’information ayant de la valeur aux yeux des lecteurs. C’est un leurre de croire qu’il faut trouver LE business model. C’est une erreur de ne pas avoir germer une multiplicité de solutions, dont certaines vont éclore et capter les plus grandes parts de marché

Référence :

Philippe Amez-Droz et Patrick-Yves Badillo, « Le paradoxe de la presse écrite : un business model introuvable, mais une multiplicité de solutions », La Revue Européenne des Médias, n° 29-2013-2014, 83-89

 

Parution de l’ouvrage " Le futur est-il e-media ?" Interview du Professeur Patrick-Yves Badillo

e-media_pic_contour-197x300.png« Le mot-clé pour tous les médias est à présent « innovation », soutient Patrick-Yves Badillo, à propos des mutations que connaissent actuellement les médias, dans le sillage de la révolution qu’a entraîné Internet. Interview du Professeur Badillo, à l’occasion de la parution – aux éditions Economica (2014) – de l’ouvrage « Le futur est-il e-media ? », qui reprend les thèmes du colloque du même nom.

 

Comment le colloque « Le futur est-il « e-media » ? » a-t-il vu le jour ?

Patrick-Yves Badillo: Ce colloque international est le fruit d’une étroite coopération entre le Medi@LAB de l’Université de Genève que je représente, l’Université Paris Dauphine avec le Professeur Dominique Roux, et la Columbia University représentée par le Professeur Eli Noam. L’idée était d’inviter des experts de haut niveau, issus à la fois du monde académique et du monde professionnel,à venir partager avec le public leurs connaissances et leurs pistes de réflexions. Par ailleurs, ce colloque était l’occasion d’annoncer le lancement de la formation continue de Medi@LAB en Business communication, expertise web et réseaux sociaux.

 

Comment est née l’idée d’écrire un ouvrage  en rapport avec les  sujets abordés pendant le colloque?

Le prestige lié à cet événement, tant par la qualité des intervenants et des conférences que par la haute fréquentation du public, nous a naturellement amenés à entreprendre un ouvrage collectif visant à rassembler les multiples réflexions qui en ont découlé. Les thématiques du colloque sont vouées à intéresser un très large public, car la profonde mutation des médias et des nouveaux médias a des impacts à plusieurs niveaux dans notre quotidien qu’ils soient économiques, sociétaux ou politiques. Face à la révolution qu’entraîne Internet, il est clair des changements majeurs sont déjà visibles et vont s’amplifier dans les prochains mois. Le mot-clé pour toues les médias est à présent « innovation ».

 

Quels sont les principaux acteurs impliqués dans la préparation du colloque et dans l’élaboration de l’ouvrage ?

Pour la préparation du colloque et l’élaboration de l’ouvrage, il a fallu mobiliser plusieurs responsables et coordinateurs de l’Université de Genève, de Paris Dauphine et de la Columbia University. Un événement de cette envergure, sur deux jours, nécessite une grande organisation pour assurer le côté logistique et promotionnel. Les étudiants du Master en communication et médias de l’Université de Genève ont également joué un rôle important, car le colloque s’inscrivait en tant que projet de communication dans le cadre de leur cours « Stratégie de communication, projet web et réseaux sociaux ». Certains ont préparé des flyers, d’autres du contenu sur le site web ou encore des tweets en live pendant l’événement. Ils ont également contribué à l’ouvrage en réalisant des comptes-rendus de chaque conférence.  

 

Quels sont les sujets abordés ? Pourquoi ces choix ?

Plusieurs thématiques ont été soulevées comme le futur de la télévision, le modèle du Paywall, la communication sur les médias sociaux, les nouveaux « business models », l’innovation numérique, la gouvernance de l’internet, le référencement,  la révolution des mobiles, etc…  Tous ces sujets s’articulent autour d’une thématique centrale qui est  la révolution du numérique, ses enjeux et son impact sur la société des médias et les habitudes des individus.

 

Congrès suisse de sociologie 2013, université de berne, 26-28 juin 2013

A l’occasion du Congrès Suisse de Sociologie 2013 qui a lieu à l’Université de Berne du 26 au 28 juin 2013, le Medi@LAB-Genève a organisé une plénière et un workshop sur les inégalités et les médias sociaux.

Leur objectif était d’explorer dans quelle mesure les technologies de la communication, et les nouvelles technologies en général, ont le potentiel de réduire les inégalités sociales ou, au contraire, de les renforcer.

Plénière « Media, social technologies and communication inequalities »

Digital divides: from a binary categorisation to the new digital divide

Patrick-Yves Badillo, Professeur et directeur du Medi@LAB-Genève, et Serge Proulx, Professeur titulaire à l’Ecole des Médias, Faculté de Communication de l’Université du Québec à Montréal, ont présenté les nouveaux enjeux de la division numérique à l’heure où l’utopie d’une réduction des inégalités par les nouvelles technologies est remise en doute. D’une vision binaire dépassée (accès ou non accès aux technologies de l’information), les auteurs rendent compte d’une vision plus complexe de la division numérique dans sa réalité d’aujourd’hui.

Media uses and information perceptions: inequalities or differences?

Dominique Bourgeois, Professeure à la Chaire des Sciences de la Communication et des Médias de l’Université de Fribourg et Steven Schilizzi, Professeur associé à la University of Western Australia, ont centré la question des inégalités au travers des médias. Ils ont présenté leur recherche visant à élaborer une nouvelle approche théorique de la réception des médias et des différences dans leur consommation en les liant aux différences sociales et culturelles.

The egalitarian myth of social media: social distinction and mobility

Alice Marwick, Professeure assistante au Department of Communication and Media Studies de la Fordham University de New York et Sami Coll, Maître-assistant au Medi@LAB-Genève ont remis en question le mythe égalitariste des médias sociaux selon lequel ces outils permettraient de détruire les murs des hiérarchies sociales. Ils ont donné plusieurs exemples d’usages des médias sociaux qui tendent au contraire à renforcer les inégalités sociales.

 

Workshop « Les inégalités sociales face aux technologies de l’information et de la communication »

Usage des réseaux sociaux professionnels en ligne et reconduction des inégalités? Une approche sur la Suisse Romande

Bruno Asdourian, lecteur, et Florence Van Hove, assistante au Département des sciences de la communication et des médias de l’Université de Fribourg, ont présenté leur recherche visant à explorer la question des inégalités à travers la participation des individus à des groupes sociaux sur Internet, notamment sur le réseau social « LinkedIn ».

Inégalités communicationnelles dans les jeux sur Internet : exemples tirés des carrières de joueurs de World of Warcraft et Urban Terror

David Gerber, doctorant au département de sociologie de l’Université de Genève, s’est interrogé sur la manifestation des inégalités sociales dans l’activité du gaming en ligne. Il a notamment mis en perspective la continuité entre les inégalités à l’intérieur du jeu et celles à l’extérieur du jeu.

De l’accessibilité à l’habilité, l’usage différencié des TIC comme marqueur social

Virginie Zimmerli, assistante et doctorante au Medi@LAB-Genève, a présenté un état des lieux des usages des technologies de l’information et de la communication et a étudié la manière dont elles peuvent potentiellement produire ou renforcer des inégalités sociales.

Les dynamiques de la fracture numérique: perceptions et stratégies de remédiation

Olivier Glassey, Maître d’enseignement et de recherche à l’Observatoire des sciences, des politiques et de la société de l’Université de Lausanne, a remis en question la notion de fracture numérique en insistant sur sa dimension dynamique et subjective. La fracture numérique est devenue moins une question d’accès aux technologies de l’information que le type de compétences sollicitées dans leur utilisation.

 

Colloque : Le futur est-il "e-media" ? 

008.jpgPour inaugurer son cycle de « Journées des nouveaux médias », Medi@LAB-Genève a organisé un colloque international sur le thème « Le futur est-il e-media? » les 10 et 11 mai 2013, à Uni Mail.

Les années 2000 sont celles du web 2.0 interactif et de l’essor des réseaux sociaux. Se profilent aujourd’hui les applications de géolocalisation, la mobiquité, l’intelligence ambiante, l’essor du web 3.0…

Les médias et les nouveaux médias sont en mutation et participent de manière significative à l’essor économique et à la vie démocratique de nos sociétés. A l’occasion de ce colloque, plusieurs chercheurs et experts de renom étaient présents pour débattre des enjeux liés aux nouveaux médias et aux réseaux sociaux. Parmi eux: Patrick-Yves Badillo, Dominique Roux, Eli Noam,  Benoît Tézenas de Montcel, Bruno Asdourian, Dominique Bourgeois, Didier Raboud, Francis Balle, Alexandre Calley, Dimitri Konstantas, Nicolas Seidler, Gavin Smith, Olivier Glassey, Florian Bessonnat, Jean-Christophe Nothias, Patrick Chareyre, Patrick Amey, Philippe Amez-Droz, Gaetan Clavien, Virginie Zimmerli, Sébastien Salerno, Sandra Zanelli, Chloé Rosselet et Sami Coll.

Ce colloque, c’était également l’occasion d’annoncer l’ouverture en septembre 2013 du diplôme de formation continue « DAS Management 2.0: Télécommunication et Internet », dont l’orientation majeure est la thématique  « Business communication, expertise web et réseaux sociaux »  .

 010.jpg      004.jpg

Consulter le PROGRAMME du colloque

Toutes les publications

Vous trouverez une liste de l'ensemble des travaux de recherche du Professeur Badillo au lien suivant : Travaux

Patrick-Yves Badillo (depuis 2008)

2016

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Deltenre I., Marchand G. (2016), « Médias publics et société numérique. L’heure du grand débat », Slatkine.

Badillo P.-Y. et Bourgeois D. (2016), Les trois horloges des sociétés « numériques » : le temps et les approches socio-techno-économiques de l’information-communication, communication au XXème Congrès 2016 de la SFSIC, Metz, 8,9 & 10 juin 2016 En cliquant sur le lien ci-dessous vous accéderez au corpus qui accompagne cette publication : Corpus -BADILLO-Bourgeois-Congres SFSIC 2016

Badillo P.-Y., Bourgeois D. (2016), “Media Ownership and Concentration in Switzerland”, in E. Noam (Ed.), Media Concentration Around the World, Oxford University Press.

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J.-B. (2016), “Media Concentration in France”, in E. Noam (Ed.), Media Concentration Around the World, Oxford University Press.

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J.-B. (2016), “Media Concentration in Europe”, in E. Noam (Ed.), Media Concentration Around the World, Oxford University Press.

2015

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Amez-Droz P., Kempeneers P. (2015), « Enquête nationale : Le marché publicitaire suisse face au défi numérique », Rapport de recherche [En ligne], URL : Enquête-marché-publicitaire-suisse

Badillo P.-Y., « Usager créatif ou/et usager dominé par les industries de l’information ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, URL : Badillo rfsic-1251-6- socio économie des médias

Badillo P.-Y., Pélissier N., « Usages et usagers de l’information numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, URL : Badillo rfsic-1448-6-usages-et-usagers-de-l-information-numerique

Badillo, Patrick-Yves. (2015a) « Réorganisation des médias : la « presse » d’information en France, entre destructions et créations ». Dans Pélissier, Nicolas et Maas, Elise (dir.). 2015. Vers une culture médi@TIC? – Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation. Paris : Editions l’Harmattan. URL : Badillo – Réorganisation des médias

Badillo P.-Y., Roux D. (2015), Le numérique pour enseigner autrement, Paris, Economica.

Badillo P.-Y. (2015), « Usages et technologie : Les MOOCs : une innovation majeure ou une romance inconstante ? » in Badillo et Roux, Paris, Economica. ISBN : 9782717868098. URL : Badillo – Usages et technologie – les MOOCs

Badillo P.-Y. (2015), “French national daily information press: concentration and pluralism”, in Paulo Faustino (Ed.), Business Models and Policies for Media and Creative Industries. URL : Badillo – French national daily information press – concentration and pluralism

2014

Badillo P.-Y., Bourgeois D. (2014) « Information and knowledge society and network economy: from euphoria to reality », communication pour “Economics for the future”, major international conference organised by the Cambridge Journal of Economics in Celebration of the Centenary of Cambridge Economics, Cambridge UK, 17-19 Septembre 2003 (new version, up to date January 2014) URL : Badillo – Bourgeois – Information and knowledge society and network economy

Badillo P.-Y. (2014), « Réorganisation des médias : la « presse » d’information en France, entre destructions et créations », Actes du XIXème Congrès de la SFSIC, 4,5 et 6 juin 2014, Toulon.

Badillo P.-Y., Amez-Droz P. (2014), « Le paradoxe de la presse écrite : un business model introuvable, mais une multiplicité de solutions », La Revue Européenne des Médias, n° 29, 2013-2014 : 83-89. http://la-rem.eu/2014/05/27/le-paradoxe-de-la-presse-ecrite-un-business-model-introuvable-mais-une-multiplicite-de-solutions/

Badillo P.-Y., Roux D. (Dir.) (2014), Le futur est-il e-media?, Paris, ISBN 9782717866315, Economica , 182 pages.

Badillo P.-Y, Rosselet C., Zanelli S. (2014), « Des réseaux sociaux aux technologies sociales : une ré-innovation numérique ascendante », in Badillo P.-Y., Roux D. (Dir.). badillo-rosselet-zanelli-innovation-reseaux-sociaux-numerique

Badillo P.-Y, Coll S., Zimmerli V. (2014), « La ré-innovation numérique et les nouveaux usages », in Badillo P.-Y., Roux D. (Dir.). ISBN : 9782717866315. URL : badillo-coll-zimmerli-innovation-usagers-medias-numeriques

Badillo P.-Y., Amez-Droz P. (2014), « Paywall, versioning, blended media… quel avenir pour la presse écrite ? », in Badillo P.-Y., Roux D. (Dir.). ISBN : 9782717866315. URL : Badillo – Amez-Droz – Paywall, versioning, blended media

2013

Badillo P.-Y., Bourgeois D. (2013), « Management de l’information et évanescence de la communication-relation dans les organisations ? Pour une théorie communicationnelle de l’organisation », in Alemanno S.P. et Parent B. (Dir), Les Communications organisationnelles, des concepts aux pratiques, Paris, Editions l’Harmattan. URL : badillo-bourgeois-organisation-communication

Badillo P.-Y., Bourgeois D. & Asdourian B., (2013), « Les médias sociaux : communication « généralisée » versus communication « polarisée » – deux exemples euroméditerranéens : les révoltes dans les pays arabes et le projet Fire Paradox – », in Bernard F., Durampart M. (Dir.), Savoirs en action, Cultures et réseaux méditerranéens,Paris, CNRS Éditions, Collection Alpha. ISBN : 9782271071927. URL : badillo-reseaux-medias-sociaux-communication

Badillo P.-Y. (2013), « Les théories de l’innovation revisitées : une lecture communicationnelle et interdisciplinaire de l’innovation ? Du modèle « émetteur » au modèle communicationnel », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n° 14/1, 2013 : 19-34, URL : Badillo – Les théories de l’innovation revisitées

2012

Badillo P.-Y., (2012, ouvrage collectif), Les nanotechnologies : un nouveau paradigme, rédacteur principal des chapitres 1, 2 et 3 du Cahier N°5 de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), URL : http://www.agence-nationale-recherche.fr/fileadmin/user_upload/documents/2012/Cahier-ANR-5-nanotechnologies.pdf

2011

Badillo P.-Y., Bourgeois D. & Asdourian B. (2011), « Les nouveaux champs de la communication des organisations – Résultats à partir du projet européen Fire Paradox », Cahiers du Numérique, 6/4, numéro spécial “Piloter l’entreprise à l’ère du numérique” : 167-180. URL : Badillo communication organisation réseaux sociaux numérique

2010

Badillo P.-Y., Lesourd J-B. (Eds.) (2010), The Media Industries and their Markets – Quantitative Analyses, London, Palgrave Macmillan, 248 pages.

Badillo P.-Y., Lesourd J.-B. (2010), « Concentration in the French Press Media Industry: Quantitative Analysis. The Case of the French Press Industry », Chapitre 8 in P.-Y. Badillo & J.-B. Lesourd (Eds.), The Media Industries and their Markets – Quantitative Analyses, Palgrave, Macmillan, London: 125-140 Badillo_Lesourd_concentration

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J.-B., Schilizzi S. (2010), “Quality Attributes for Press Articles and Habermas Theory of Communication Action”, in Studies in Communication Sciences, 10/2 : 59-74.

Badillo P.-Y., Bourgeois D. (2010), « Ubiquité et TICE : de l’ambiguïté à la mixité », Information Sciences for Decision Making, n°39 “TICE MEDITERRANEE MILANO 2009”, 4e trimestre 2010.

Badillo P.-Y., Bourgeois, D. (2010), « The dynamics of media business models: innovation, versioning and blended media », Chapitre 5 in P.-Y. Badillo and J.-B. Lesourd (eds.), The Media Industries and their Markets – Quantitative Analyses, London, Palgrave, MacMillan: 64-86.

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S. (2010). « L’économie expérimentale, nouvelle approche des processus d’information et de communication : l’exemple des médias et de la qualité de l’information », Chapitre 4 in D. Courbet (Ed.), La méthode expérimentale en sciences de la communication, Volume 2 de la collection “Objectiver l’humain ?”, Paris, Editions Hermes-Lavoisier: 205-239. badillo_bourgeois_lesourd_schilizzi_chap4_economie_experimentale

Badillo P.-Y., Tarrier F. (2010), Le Calcul Intensif : technologie clé pour le futur, Cahier N°3 de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), (préface du Président de l’ANR), Paris, Janvier 2010, 172 pages. Cahier-ANR-3-Calcul-intensif

Badillo P.-Y., Bourgeois D. (2010), « Nouveaux médias, ubiquité et nouveau nomadisme », New Media & Information: Convergences & Divergences, Conference Proceedings, 2010, ISBN 978-960-6746-05-5, 13 p.

2009

Badillo, P-Y., Lesourd, J.-B. & Bourgeois, D. (2009). « Media Economics: Main Forces and Mechanisms – towards increasing concentration », in A. Albarran, P. Faustino & R. Santos (eds.), The Media as the driver of the information society, co-edition Media XXI / Formalpress, Lisbon: Publicações e Marketing, Lda, and Universidad Catholica Editora, Unipessoal, Lda: 135-155.

Badillo P.-Y., Proulx S. (2009), « Mondialisation de la Communication : à la recherche du sens perdu », in Les essentiels d’Hermès “Sociétés de la Connaissance – Fractures et évolutions”, CNRS Éditions : 117-134. badillo-proulx-a-la-recherche-du-sens-perdu

Badillo P.-Y., Sybord C. (2009), « A new model of information systems for public awareness about wildfires », in C.A. Brebbia & G.M. Carlomagno, Computational Methods and Experimental Measurements 2009, Southampton, WIT Press (Wessex Institute of Technology): 623-632 badillo_sybord_2009_new_model_information_systems

Badillo P.-Y., Roux D. (2009), Les 100 mots des télécommunications, Presses Universitaires de France, Collection Que Sais-je ?, Paris. ISBN 978-2-13-057476-7, 128 pages.

Badillo P.-Y., Tarrier F. (2009), Cahier N°1de l’ANR (Préface de la Directrice Générale de l’ANR), Mobilité et ubiquité dans le futur : vers le nomadisme numérique, Paris, juin 2009, 128 pages. http://www.agence-nationale-recherche.fr/fileadmin/user_upload/documents/uploaded/2010/Cahier-ANR-1-Nomadisme.pdf

2008

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Peyron-Bonjan C., « Plus personne n’est journaliste ! », Médiamorphoses, numéro spécial sur les médias et les nouveaux médias, n° 24, Octobre 2008, ISBN 978-2200-92420-1, pp. 79-85. mediamorphoses_badillo-journalisme

Badillo P.-Y., « L’information et le paradoxe éthique des TIC : de la responsabilité infinie à la nécessaire régulation », in J.-L. Fullsack & M. Mathien (Dir.), Éthique de « la société de l’information », Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN 978-2-8027-2681-4, pp. 63-82.

Badillo P.-Y. (Dir.), Écologie des médias, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN 978-2-8027-2464-3, 439 pages.

Badillo P.-Y., « L’écologie des médias ou l’impérieuse nécessité de développer la recherche sur les médias », Chapitre introductif in Écologie des médias, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN 978-2-8027-2464-3, pp. 1-27. badillo_ecologie_medias_journalisme

Badillo P.-Y., « Pour l’écologie des médias. Introduction du concept de capital informationnel », Chapitre 2 in Écologie des médias, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN 978-2-8027-2464-3, pp. 49-69.

Badillo P.-Y., « Les “trois horloges” de la “société de l’information”. De la disharmonie à la rupture ? ». Chapitre 7 in M. Mathien (Dir.), Le sommet mondial sur la société de l’information, et après » ? Perspectives sur la cité globale, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN : 978-2-8027-2475-9, pp. 137-161. les-trois-horloges-de-la-societe-de-l-information-reflexion-critique

Badillo P.-Y., « La concentration des médias : les médias en résilience », Chapitre 6 in Écologie des médias, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN 978-2-8027-2464-3, pp. 115-157.

Patrick Amey

Ouvrages

Amey P. et Leroux P. (dir.), Politique : interviews, débats, et divertissements politiques, Paris, L’Harmattan, 2012.

Amey P., La parole à la télévision. Les dispositifs des talk-shows, Paris, L’Harmattan, Coll. Communication et civilisation, 2009.

Articles (revues à comité de lecture), contributions d’ouvrages et rapports officiels

Amey P. et Salerno S., « Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6, 2015, http://rfsic.revues.org/1283

Amey P. et Zimmerli V., « Les Pratiques informationnelles des adolescents. Du push-pull aux réseaux sociaux », in Les cahiers francophone de l’éducation aux médias, N°6, 2014, pp. 47-63.

Amey P., « Mediatization of armed conflicts. From Discourse to Narratives », in Information Warfare, sous la dir. d’Alexandre Vautravers et Daniel Donovan, Geneva, Webster University Press, 2014, pp. 122-132.

Amey P., « Du traitement journalistique des acteurs politiques dans le Grand Journal », Questions de communication, N°14, 2014, pp.61-76.

Amey P., « Les jeunes et les usages des médias : des pratiques info-relationnelles », in L’avenir est-il E-media, Editions Economica, sous la dir. de P. Badillo et D. Roux, 2013, pp. 122-134.

Amey P. et al. : « Schools of Journalism facing participative Web 2.0”, Applied journalism and media studies, 2 (2), 2013, pp. 355-370.

Amey et al., « Les étudiants en journalisme face au Web 2 : une difficile conciliation entre culture participative et exigences professionnelles », in Durampart N et Bernard F (dir.) Innovation communicationnelles et sociétales en Méditerannée, Paris, CNRS Editions Alpha, 2012.

Amey P. et Leroux P., « La politique dans les émission conversationnelles », in L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, L’Harmattan, 2012, pp. 9-18.

Amey P., « La politique dans le Grand Journal. Investissement parodique, registre critique », in L’échange politique à la télévision : Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, L’Harmattan, 2012, pp. 107-123.

Amey P., Gretillat F. et Windisch U., « Place de l’argumentation en démocratie directe », in N. D’Almeida, L’argumentation, Editions CNRS, Les Essentiels d’Hermès, 2011, pp. 57-76.

Amey P. et Niemeyer K., « Analyse der Radioprogramme der SSG SSR, OFCOM », 2011, pp. 96-120.

Amey P., Clavien G., Gabadinho A., « Leisure and professional mobile phone usage: towards a general overview », Nokia Research Center, Lausanne, 2011, pp. 2-44.

Amey P., Carcluer C., Pelissier N. et Lazar M., « Aux lisières du journalisme : les formations professionnelles au défi de la production amateur sur le Web », Actes du 17ème Congrès de la Société Française pour les Sciences de l’information et de la communication, Dijon, 2010.

Amey P. et al., « Tous journalistes: les établissements de formation au Web participatif », in Laurence Cornu, Parina Hassanlay et Nicolas Pélissier (dir.), Information et nouvelles technologies en Méditerannée: vingt ans de coopération en réseaux, L’Harmattan, Paris, 2010, 61-75.

Amey P. et Hammer R., « La sensibilisation au don d’organes dans la presse: récits et expériences vécues », Actes du colloque international « Le français parlé dans le monde », Lausanne, 2010.

Amey P. et al., « Tous journalistes ? Le défi de la formation des étudiants au professionnalisme journalistique face aux nouvelles pratiques informationnelles d’expression amateur sur le Web », Les Cahiers du journalisme, N° 21, juin 2010, 176-190.

Amey P. et Hammer S., « Témoignage et don d’organes : émotions et narration dans la presse suisse romande », in La santé dans l’espace public, Helene Romeyer (eds), Presses de l’Ecole des Hautes Etudes en Science de la Santé, Coll. Communication, Santé, Social, Rennes, 2010, 107-116.

Amey P., Niemeyer K., Analyse der Radioprogramme der SRG SSR idée Suisse 2009-2010, Office fédéral de la communication, Berne, 2010, 123-147.

Amey P., “Journalist’s discourse and organ donation: raising audience awareness”, Acts of the 3th International Conference on Multicultural Discourse. Zhijiang University at Hangzhou (China), 2010.

Amey P. et Niemeyer K., « Analyse de contenu des programmes des radios suisses romandes (2008/2009), Office fédéral de la communication, Bienne, 2009, 28-92.

Amey P., Grossenbacher R., Hugerbuhler R., « Gruppendiskussion zur ermIttlung konzssionsrechtlicher qualitätvorgaben », in Qualität in Radio und Fernsehen Die Inhaltanalytische Messung konzessionsrechtlicher Vorgaben fûr die Radio-une Fernesehprogramme der SRG SSR idée Suisse, sous la dir. de R. Grossenbacher et J. Trebbe, Ed. Rüegger Verlag Zürich-Chur, 2009, 39-69.

Amey P., Salerno S., « T’en es où avec Arlette? Infotainment et traitement des élus politiques à la télévision française », Politique et sociétés, Société québécoise de science politique, 28(2), 2009, 99‑123.

Amey P. et Windisch U., « Daily political communication and argumentation in direct democracy: advocates and opponents of nuclear energy », Discourse § Society, Sage publications, Vol. 19, N°1, 2008, 85-98.

Amey P. et Salerno S., Infotainment rise and Talk Show’s Evolution, Acts of the 5 th Anniversary Conference at London School of Economic and political science, 22 septembre 2008.

Amey P., «Mise en scène des débats télévisés : vers une (socio)sémiopolitique des plateaux de télévision », Questions de communication, n° 11, Presses universitaires de Metz, 2007, 239-255.

Amey P., Clavien G., « Les débats télévisés à la télévision suisse romande: vers une logique d’affrontement », in : Les mutations de l’espace public sous la dir. de Jean Mouchon, Paris, Ed. L’esprit du livre, 2005, 203-230. (Article ayant servi de document de travail pour le Conseil des programmes de la Radio et télévision suisse romande en 2007).

Amey P., «Les appels à des sources d’autorité : les débats épistolaires sur l’énergie nucléaire », Carnets de bord, N° 7, Genève, 2004, 83-93.

Amey P., « L’énonciation profane dans le débat sur l’énergie nucléaire en Suisse », Langage et société, Paris, Maison des sciences de l’Homme, N° 100, juin 2002, 81-106.

Amey P., Rouquette S., Vie et mort de débats télévisés : 1958-2000, INA/ de Boeck (Coll. “Médias recherche /Etudes” in Communication, Québec, Vol. 22, n° 2, 2002, 250-253.

Amey P., Gretillat F. et Windisch U., « Communication et argumentation politiques quotidiennes en démocratie directe », Hermès, Paris, Centre national de la recherche scientifique (Editions CNRS), n° 16, 1995, 57-72.

Amey P. et Gretillat F., «Les thèmes et formes de l’argumentation ordinaire chez les partisans et opposants de l’énergie nucléaire : l’exemple du courrier des lecteurs des quotidiens romands », Université de Genève, 1994, 3-96.

Amey P. et Gretillat F., « Analyse des éditoriaux de la presse romande : les initiatives anti-nucléaires du 29 septembre 1990 », Université de Genève, 1993, 1-41.

Sébastien Salerno

Salerno S. et Amey P., « Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6, 2015, http://rfsic.revues.org/1283

Salerno S., « Les évolutions de la communication politique. Du journal au streaming », 84-94, in Badillo P.-Y., Roux D. (dir.), Le futur est-il e-media?, 2014, Economica.

Salerno S, « Gesellschaftliche Verantwortung und Strategien von Medien im Strukturwandel », SwissGis Swiss GIS-Sinergia-Universität Zürich, Winter School 4. Februar 2014.

Salerno S., « Ingrid Deltenre », « Esther Girsberger », « Catherine Walli », in Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (Dir.) Dictionnaire des femmes créatrices. Paris : Editions des femmes.

Salerno S., Le débat politique à la télévision suisse romande. Entre service public et quête d’audience. In Amey Patrick et Pierre Leroux (Dir.) Politique et télévision. Paris : Harmattan.

Salerno S. et Bachmann, L. « Entre féminité et modernité. La prise en charge médiatique de l’année présidentielle de Micheline Calmy-Rey », Le Temps des médias. Revue d’histoire N°12 : 90-99, 2009.

Salerno S. et Amey, P. « T’en es où avec Arlette? Infotainment et traitement des élus politiques à la télévision française », Politique et Sociétés. Société québécoise de science politique 28(2) : 99-123, 2009.

Salerno S. « Les jeunes militants altermondialistes dans le mouvement et dans la presse ». In Mathien Michel, (Dir.), Les jeunes dans les médias en Europe de 1968 à nos jours, Bruylant, Bruxelles, 249-266, 2009.

« Infotainment rise and Talk Show’s Evolution » (avec P. Amey), Acts of the 5 th Anniversary Conference at London School of Economic and political science, 22 septembre 2008.

Salerno S. et Rossiaud, J. « Mouvements squat à Genève – 1975-2003″, Equinoxe. Revue des sciences humaines 95-113.

Salerno S., La nouvelle responsabilité sociétale des entreprises médiatiques dans les cantons latins. In Projektverbund Sinergia „MedienKrise“ (Hrsg.). Krise, Wandel, Aufbruch. Working Papers 2, Swiss Centre for Studies on the Global Information Society. Universität Zürich. S. 143-152.

Salerno S. et Sele M., Strategien von Medienunternehmen, Wissenschaftspanel Sinergia-Projekt, Universität Zürich, 7 novembre 2013.

Salerno S. et Sele M., Gesellschaftliche Verantwortung von Medienunternehmen, Praxis Panel Sinergia-Projekt, Universität Zürich, 11 Octobre 2013.

Philippe Amez-Droz

Badillo P.-Y., Bourgeois D., Amez-Droz P., Kempeneers P. (2015), « Enquête nationale : Le marché publicitaire suisse face au défi numérique  », Rapport de recherche [En ligne], URL : enquête-marché-publicitaire-suisse

Amez-Droz, Ph. : « La mutation de la presse écrite à l’ère numérique – les conséquences de la crise de la demande publicitaire de 2008-2009 sur l’offre de contenus d’information en Suisse et dans quelques pays industrialisés », éditions Slatkine, Genève, mai 2015, ISBN 978-2-05-102731-1, 360 pages.

Amez-Droz, Ph. : « Médias suisses à l’ère numérique », éditions Presses polytechniques et universitaires romandes, collection Le savoir suisse, Lausanne, avril 2015, ISBN 978-2-88915-103-5, 144 pages.

Amez-Droz Ph. et Badillo P.-Y. : « Le paradoxe de la presse écrite : un business model introuvable, mais une multiplicité de solutions », in La Revue Européenne des Médias, No 29, Institut de Recherche de l’European Business School, Université Panthéon-Assas, Paris 2, 2014, pp. 83-89.

Amez-Droz, Ph. et Badillo, P.-Y. : « Paywall, versioning, blended media… quel avenir pour la presse écrite ? », in Le Futur est-il « E-Media » ?, dir. Badillo, P.-Y et Roux, D., Chaire Economie Numérique de l’Université Paris-Dauphine, Medi@LAB Université de Genève, Paris, 2014, pp. 68-83.

Amez-Droz Ph., « L’économie des médias en Suisse« , in Collectif d’auteurs Les Médias en Suisse, Structure et Audience, 7e édition, FCJ/CRFJ (Formation continue des journalistes / Centre romand de formation des journalistes », Lausanne, 2012, pp. 115-133.

Amez-Droz Ph., « Médias et minorités linguistiques suisses face au « tout puissant » Schwyzerdütsch », in In Lenoble-Bart (ed.) et Michel Mathien (ed.), Les médias de la diversité culturelle dans les pays latins d’Europe, Collection Médias, Sociétés et Relations Internationales, Bruylant, Bruxelles, 2011, pp. 203-215

Virginie Zimmerli

Asdourian, B. & Zimmerli, V. « Open data, usagers du numérique et entreprises publiques. Les échanges informationnels et relationnels au service de l’innovation dans les transports en commun de Genève », In Badillo, P.-Y. & Pélissier, N., Usages et usagers de l’information à l’ère numérique, Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, N°6, http://rfsic.revues.org/1316

Badillo, P.-Y., Coll., S. & Zimmerli, V., « La ré-innovation numérique et les nouveaux usages ». In Badillo P.-Y., Roux D. (dir.), Le futur est-il “e-media” ?, Paris : Economica, 2014, 146–157.

Amey P. et Zimmerli V., « Les Pratiques informationnelles des adolescents. Du push-pull aux réseaux sociaux », in Les cahiers francophone de l’éducation aux médias, N°6, 2014, pp. 47-63.

Zimmerli V., L’audience de la télévision : son évolution, son importance et ses limites, Editions Universitaires, 2012.