Revues du ciné-club

Deconstructing Woody

revue_woody_banner.png

Deconstructing Woody

La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2012

Édito

Vous cherchez un sens à la vie? Ce cycle sur Woody Allen est fait pour vous! Vous apprécierez sa quête de sens semblable à la vôtre mais n’obtiendrez aucune réponse définitive.

En effet, la programmation que nous vous proposons ce printemps est l’occasion de découvrir l’attitude philosophique de W. Allen, derrière son image réductrice d’humoriste chétif et maladroit cumulant les soucis avec les femmes et les objets du quotidien. Son œuvre offre un ensemble de tentatives de réponses aux questionnements métaphysiques dont l’humain fait les frais: mort, solitude, Dieu, morale et recherche du bonheur. Au sein de sa large filmographie, le réalisateur s’interroge, cherche des régularités, tâtonne. Pour mieux mettre à jour les contradictions de chacun, il déconstruit sciemment une à une les illusions humaines, qui sont autant de façons de nier l’angoissante condition de mortel, telles que la religion, l’ésotérisme, la psychanalyse, l’amour, le sexe, la fiction et le baseball.

Les dix films choisis pour ce cycle dessinent sur une trentaine d’années l’évolution de sa pensée. Les multiples problématiques abordées apparaissent, disparaissent puis reviennent explorées sous un nouvel angle. Les certitudes que W. Allen semble trouver d’un film à l’autre se heurtent à l’analyse et à la vie: elles ne sont apparences d’explication que momentanément. En parallèle, les structures narratives et esthétiques évoluent et soutiennent le développement du propos. Comédie, tragédie, film choral ou enquête policière, tous les genres permettent la réflexion philosophique du réalisateur.

En complément des projections, cette brochure accompagnera agréablement votre rencontre avec la pensée du cinéaste. Dans l’article «Les mystères de l’existence», vous découvrirez comment, pour expliquer le monde, l’auteur passe d’un raisonnement existentialiste à un propos fataliste: prenant de plus en plus conscience de la notion de hasard, qui remet en question la capacité pour l’Homme d’être libre et responsable de ses actes, W. Allen affiche avec Match Point un véritable tournant, une vision plus pessimiste de l’existence. L’article suivant, «Un tournant déroutant», présentera l’évolution esthétique de W. Allen et le virage spécifique amorcé avec Annie Hall et Manhattan, laissant ensuite au texte «Drôle comme un philosophe» le soin de déceler la philosophie derrière la comédie; l’humour étant le meilleur moyen de déconstruire les évidences. Enfin, un lexique vous initiera avec amusement au vocabulaire essentiel au monde de W. Allen.

Les personnages de W. Allen, bien que sceptiques quant à un bonheur possible, croient au plaisir du cinéma, à l’image de Mickey dans Hannah and Her Sisters qui se rend compte qu’il est heureux en regardant un film des Marx Brothers. Dès lors, nous vous souhaitons beaucoup de joie face à l’écran noir des soirées alleniennes. Nous nous réjouissons également de vous retrouver le 4 juin 2012, après la projection de Deconstructing Harry, où, dans un esprit jazzy, nous fêterons l’angoisse d’être mortel et la joie d’être vivant autour d’un cocktail Manhattan.

Sommaire

  • Yaël Elster, Édito, p.1
  • Julien Dumoulin, Les mystères de l’existence, pp.2-8
  • Andréas-Benjamin Seyfert, Un tournant déroutant, pp.9-12
  • Yaël Elster, Drôle comme un philosophe, pp.13-19
  • Sara Gisselbaek, Petit Lexique du monde allenien, pp.20-21

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Deconstructing Woody – Avril 2012) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Deconstructing Woody», avril 2012 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Deconstructing Woody. Avril 2012 (2).

Pour citer un article de la Revue

Elster, Yaël . (2012). Drôle comme un philosophe. La Revue du Ciné-club universitaire: Deconstructing Woody., avril 2012 (2), 13-19

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12293
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Deconstructing Woody
                    [group_url] => deconstructing-woody
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2012
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2012-04-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2012-04-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12293
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12293
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Deconstructing Woody
                            [titre_url] => deconstructing-woody
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2012
                            [periode_span_debut] => 2012-04-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2012-04-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71884
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2012-04-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

Vous cherchez un sens à la vie? Ce cycle sur Woody Allen est fait pour vous! Vous apprécierez sa quête de sens semblable à la vôtre mais n’obtiendrez aucune réponse définitive.

En effet, la programmation que nous vous proposons ce printemps est l’occasion de découvrir l’attitude philosophique de W. Allen, derrière son image réductrice d’humoriste chétif et maladroit cumulant les soucis avec les femmes et les objets du quotidien. Son œuvre offre un ensemble de tentatives de réponses aux questionnements métaphysiques dont l’humain fait les frais: mort, solitude, Dieu, morale et recherche du bonheur. Au sein de sa large filmographie, le réalisateur s’interroge, cherche des régularités, tâtonne. Pour mieux mettre à jour les contradictions de chacun, il déconstruit sciemment une à une les illusions humaines, qui sont autant de façons de nier l’angoissante condition de mortel, telles que la religion, l’ésotérisme, la psychanalyse, l’amour, le sexe, la fiction et le baseball.

Les dix films choisis pour ce cycle dessinent sur une trentaine d’années l’évolution de sa pensée. Les multiples problématiques abordées apparaissent, disparaissent puis reviennent explorées sous un nouvel angle. Les certitudes que W. Allen semble trouver d’un film à l’autre se heurtent à l’analyse et à la vie: elles ne sont apparences d’explication que momentanément. En parallèle, les structures narratives et esthétiques évoluent et soutiennent le développement du propos. Comédie, tragédie, film choral ou enquête policière, tous les genres permettent la réflexion philosophique du réalisateur.

En complément des projections, cette brochure accompagnera agréablement votre rencontre avec la pensée du cinéaste. Dans l’article «Les mystères de l’existence», vous découvrirez comment, pour expliquer le monde, l’auteur passe d’un raisonnement existentialiste à un propos fataliste: prenant de plus en plus conscience de la notion de hasard, qui remet en question la capacité pour l’Homme d’être libre et responsable de ses actes, W. Allen affiche avec Match Point un véritable tournant, une vision plus pessimiste de l’existence. L’article suivant, «Un tournant déroutant», présentera l’évolution esthétique de W. Allen et le virage spécifique amorcé avec Annie Hall et Manhattan, laissant ensuite au texte «Drôle comme un philosophe» le soin de déceler la philosophie derrière la comédie; l’humour étant le meilleur moyen de déconstruire les évidences. Enfin, un lexique vous initiera avec amusement au vocabulaire essentiel au monde de W. Allen.

Les personnages de W. Allen, bien que sceptiques quant à un bonheur possible, croient au plaisir du cinéma, à l’image de Mickey dans Hannah and Her Sisters qui se rend compte qu’il est heureux en regardant un film des Marx Brothers. Dès lors, nous vous souhaitons beaucoup de joie face à l’écran noir des soirées alleniennes. Nous nous réjouissons également de vous retrouver le 4 juin 2012, après la projection de Deconstructing Harry, où, dans un esprit jazzy, nous fêterons l’angoisse d’être mortel et la joie d’être vivant autour d’un cocktail Manhattan.

Sommaire

  • Yaël Elster, Édito, p.1
  • Julien Dumoulin, Les mystères de l’existence, pp.2-8
  • Andréas-Benjamin Seyfert, Un tournant déroutant, pp.9-12
  • Yaël Elster, Drôle comme un philosophe, pp.13-19
  • Sara Gisselbaek, Petit Lexique du monde allenien, pp.20-21
[remarque] =>

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Deconstructing Woody – Avril 2012) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Deconstructing Woody», avril 2012 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Deconstructing Woody. Avril 2012 (2).

Pour citer un article de la Revue

Elster, Yaël . (2012). Drôle comme un philosophe. La Revue du Ciné-club universitaire: Deconstructing Woody., avril 2012 (2), 13-19

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71884 [date_debut] => 2012-04-01 00:00:00 [date_fin] => 2012-04-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 48 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Deconstructing Woody. Avril 2012 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10735/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )