[42] Immunothérapie des cancers

L'utilisation du système immunitaire pour traiter les maladies cancéreuses (immunothérapie) est une stratégie de recherche prometteuse et des résultats spectaculaires ont été observés dans les dernières années. L’objectif de notre laboratoire est de développer ces stratégies pour le traitement des gliomes (cancers du cerveau), pour lesquels les traitements conventionnels ont malheureusement une efficacité très limitée. Nous poursuivons trois axes de recherche principaux.

Développement de vaccins thérapeutiques

Une des étapes clés dans la mise en place de l’immunothérapie pour le gliome a été l’identification d’antigènes cibles par élution de peptides de la surface tumorale de gliomes humains, travail publié par notre groupe en 2012. Dès 2013, une étude clinique de vaccination antitumorale a été initiée à Genève. Ce vaccin, appelé IMA950, a été injecté en combinaison avec l’adjuvant poly-ICLC à des patients souffrants de la forme la plus sévère de gliome, le glioblastome, et a montré la génération de réponses T CD4 et CD8 antitumorales. L’analyse d’échantillons tumoraux et de leur composition en cellules immunosuppressives est en cours et permettra d’identifier des prédicteurs de l’efficacité du vaccin.

Suite à ces premiers résultats, une nouvelle étude clinique débute (novembre 2018), combinant le vaccin IMA950/poly-ICLC avec un anticorps anti-PD1. Cette combinaison, administrée avant une nouvelle chirurgie chez des patients souffrant de glioblastome progressif, permettra l’analyse des réponses T induites par le vaccin au site de la tumeur, donnant des pistes sur les paramètres déterminants d’une vaccination antitumorale efficace.

La preuve de concept de l’efficacité de l’élution de peptides à identifier des antigènes de gliome a, de plus, offert la possibilité d’utiliser la même approche pour identifier des cibles tumorales, cette fois de manière spécifiques à chaque patient. Ce projet, dit de médecine personnalisée (le projet GAPVAC), a reçu le soutien de financements importants de la Communauté européenne (FP7), ayant permis, en 2014, le démarrage d’une grande étude clinique multicentrique en Europe, sous la coresponsabilité de Pierre-Yves Dietrich.

Développement de thérapie cellulaire à l’aide de CARs (chimeric antigen receptor T cells)

En complément à nos essais thérapeutiques de vaccination, notre travail sur l’identification d’antigènes spécifiques du gliome a ouvert de nouvelles perspectives en thérapie cellulaire. L’approche à lymphocytes à récepteurs chimériques (CARs) consiste à faire exprimer par les lymphocytes T un anticorps reconnaissant la cellule tumorale, permettant de rediriger le lymphocyte T à la tumeur. Les antigènes de gliome que nous avons identifiés sont des cibles idéales pour le développement de cette technologie. En collaboration avec le groupe du Prof. Carl June en Pennsylvanie, nous nous attelons à développer des CARs spécifiques du gliome. Nous avons l’espoir de mettre en pratique cette nouvelle thérapie contre les gliomes chez les patients dans les prochaines années.

Le microenvironnement tumoral du gliome

L'optimisation des immunothérapies contre les gliomes doit prendre en compte le site très particulier dans lequel surviennent ces tumeurs. En effet, le cerveau est caractérisé par, entre autres, la présence d'une barrière hémato-encéphalique et de multiples facteurs immunosuppresseurs. Ceci implique que l'initiation et la régulation des réponses immunitaires dans cet organe obéissent à des règles particulières. Notre recherche porte donc sur l’analyse du microenvironnement tumoral par des techniques de cytométrie en flux et d’analyse d’expression de gènes, afin d’identifier les paramètres à cibler pour obtenir une immunothérapie efficace au niveau du cerveau.

Finalement, la future implantation de notre laboratoire au sein de l’Agora et du Swiss Cancer Center Léman sera l’opportunité de développer notre activité de recherche avec l’initiation de nouveaux projets portant sur l’immunothérapie du gliome.