Les Noëls de l'Uni

2017-11-09 00:00:00

Les ailes du désir

Une histoire d'anges, une histoire d'incarnation, de désirs.

R: Wim Wenders
Allemagne|France, 1987, 128 min., coul. et n/b, vo all. st fr.

Synopsis

À Berlin, avant la chute du mur, les anges Cassiel (Otto Sander) et Damiel (Bruno Ganz) veillent sur les humains et recueillent depuis des siècles leurs monologues intérieurs et tout ce qui chez eux traduit une recherche de sens et de beauté. Ils ne voient le monde qu'en noir et blanc, et ne peuvent qu’assister aux événements, sans rien sentir, goûter, toucher. Ils ont vu le début de la lumière, des rivières, des animaux. Quand le premier homme est apparu, ils ont découvert avec lui le rire, la parole, la guerre. Damiel, qui a toujours ressenti le désir de porter à son tour la condition humaine, est si touché par Marion (Solveig Dommartin) la trapéziste, si séduit par son âme et sa grâce qu’il décide finalement de devenir humain et, par conséquent, mortel.

Commentaire

Projeter Les ailes du désir en période de Noël n'est probablement pss un geste complètement neutre. Il ne s'agit pas bien sûr d'en faire une lecture finaliste qui récupère ci et là ce qui, dans le film de Wim Wenders, constituerait un fonds de commerce religieux. Le ciel du titre allemand Der Himmel über Berlin, les anges, protagonistes en trenchcoat du film, s'écrivent en minuscules.

On y sera peut-être un peu plus attentif aujourd'hui cependant. Certains signes, certains gestes, certaines situations résonnent non sans ironie avec l'étrange mystère d'un «dieu fait homme».

Ainsi l'ange Damiel, interprété par Bruno Ganz, défroque de sa condition d'ange pour choisir l'incarnation de mortel. Ange (dé)chu, ange blessé dans sa chute, on le voit par exemple, épongeant des doigts une coupure à la tête, sucer presqu'obscènement le sang coulé de la plaie. Ange fait chair, il communie au sacrement eucharistique de son propre sang dont il goûte la saveur humaine, nouvelle pour lui: ceci est mon sang!

Ainsi encore le même ange Damiel, littéralement fait homme par le désir éprouvé envers Marion la trapéziste, retourne parodiquement la scène de l'Annonciation faite à Marie.

Les anges, dans Der Himmel über Berlin abondent. Ils se penchent sur la solitude des habitants de la ville, ils en archivent les discours et souvenirs secrets, souvent douloureux: des anges gardiens de la mémoire pour ainsi dire, qui écoutent, voient et conservent. Des anges sans histoire autre que celles dont leur indiscrétion compatissante les rend les témoins. Petites histoires des habitants, histoire de la ville, à ce moment d'avant la chute du mur de Berlin, d'après le nazisme. Wim Wenders en tire une réflexion sur l'histoire, dont il étend les marges de l'autre côté de l'effondrement du mur, en 1993 avec Si loin si proche. Voir aujourd'hui Les ailes du désir consiste peut-être ainsi à situer sous le regard des anges les événements qui font notre quotidien et le drame de nos semblables, sœurs et frères humains.

Remarque

  • entrée libre

Renseignement

Horaire

mercredi 20 décembre 2017 18:30–21:00
Auditorium Arditi Av. du Mail 1 Genève
Place du Cirque

			




	
top