Notre service

2
Photo: Guillaume Fuerst, 2010

Édito

Créature et création: autour de Frankenstein

Genève héberge en été 1816 quelques hôtes anglais en fugue, illustres quoiqu'exilés: Lord Byron, Percy Shelley, Mary Godwin et John Polidori. L'été est désastreux, climatiquement. L'éruption catastrophique du volcan Tambora en 1815, par la dispersion de ses cendres, altère depuis l'Indonésie les conditions météorologiques jusqu'en Europe, à 10'000 km de là. L'orage est puissant ce soir-là. Dans les salons de la Villa Diodati qui domine les rives du Lac Léman à la hauteur de Cologny, le défi est lancé de tromper l'ennui en rédigeant chacun un récit fantastique. Mary Godwin – 18 ans, fiancée du poète Shelley – y esquisse les premières lignes d'un roman dont l'écriture aboutira quelque deux ans plus tard avec la publication de Frankenstein, ou le Prométhée moderne.

Véritable mythe moderne, le monstre tel que le suture le Dr Frankenstein constitue une figure dont la fascination rayonne largement au-delà du public populaire qui a été le premier lectorat du roman. Les études littéraires bien sûr, mais la philosophie, l'histoire des idées, l'histoire des sciences... s'en sont emparés comme d'un véritable objet de recherche. Les créateurs en tous genres – littérature bien sûr, mais arts plastiques, cinéma, jusqu'aux arts numériques – ont puisé dans cette source leur inspiration. À ces multiples titres-là, l'Université de Genève devait marquer l'anniversaire de la création de ce qui constitue désormais un champ transdisciplinaire, complexe et raffiné, de sa recherche et de son enseignement.

Après la Fondation Bodmer qui lui consacrait son exposition intitulée «Frankenstein créé des ténèbres», en collaboration avec le département d'histoire de l'UNIGE par l'équipe du professeur Michel Porret et le Musée d'Art et d'Histoire de la Ville de Genève, les Activités culturelles de l'UNIGE contribuent à cette commémoration par une rétrospective cinématographique dédiée à la créature transhumaine et son créateur humain: It's alive! Frankenstein au cinéma. De quoi donner corps à toutes nos anxiétés!

À quelques pas du cinéma, la statue de la créature – œuvre du collectif Klat – hante la plaine de Plainpalais, seule, exilée, en fugue.

Ambroise Barras
responsable des Activités culturelles

top