Vie quotidienne et réalités matérielles

La vie des étudiant-e-s ne tourne pas qu’autour de la réalité universitaire. Ils évoluent dans un contexte social, économique, matériel, financier, existentiel… qui détermine beaucoup de leurs attitudes, de leurs choix, de leurs comportements, de leurs contraintes… L’appréhension des problématiques étudiantes ne serait pas complète si elle ne tenait pas compte de cette réalité « hors université ».

C’est ainsi que l’OVE analyse également des domaines aussi variés que la situation de logement, l’exercice d’une activité rémunérée, le niveau de vie, la dépendance ou l’autonomie financière, mais aussi la santé des étudiant-e-s. Toutes ces dimensions ont des influences sur les variables purement académiques et universitaires. Ainsi, on n’évaluera pas de la même façon les exigences de l’université selon qu’on se sent dans des conditions matérielles idéales ou médiocres ; on n’organisera pas son temps d’études de la même manière selon qu’on doit absolument exercer une activité rémunérée ou qu’on peut se contenter d’une activité épisodique pendant les périodes de vacances ; on ne considérera pas les difficultés des études avec la même facilité si on signale des difficultés liées au mal-être ou si on se considère en parfaite santé morale…

Nous constatons en effet régulièrement que ces « variables contextuelles » ont une influence sur la manière dont on vit, perçoit l’université, qu’elles ont un impact sur la persévérance et la réussite des études, qu’elles orientent fortement le bien-être à l’université et l’épanouissement qu’on peut en retirer.

Pour une université soucieuse à la fois de mener à bien sa mission de formation et de le faire en respectant au maximum le bien-être des étudiant-e-s, il est impératif de prendre la mesure de ces processus, pour pouvoir, le cas échéant, y apporter des solutions qui sont dans ses moyens et ses prérogatives.

Activité rémunérée

Vie quotidienne et réalités matérielles (FINAL).png

53% des étudiant-e-s ont une activité rémunérée – régulière ou épisodique – en parallèle de leurs études. 

Activité rémunérée en parallèle des études des étudiant-e-s en 1ère année de bachelor, par faculté
activité rémunérée.png
Source : enquête Étudiant-e-s 2014

De manière générale, un peu plus de la moitié des étudiant-e-s de bachelor interrogés (51%) travaillent en parallèle de leurs études. Ces activités peuvent prendre la forme d’emplois épisodiques ou réguliers et endossent plusieurs rôles : servir de complément au budget étudiant, préparer au marché de l'emploi, permettre l'intégration sociale, pourvoir –principalement ou exclusivement- aux besoins quotidiens… De jobs d'été en activité principale, les situations sont très diverses, et les contraintes qui pèsent sur les conditions d'études également.

Les étudiant-e-s ne sont pas tous égaux devant ce phénomène, et cela se constate notamment en comparant les facultés. Alors que beaucoup d’étudiant-e-s en Sciences de l’éducation (79%) travaillent à coté de leurs études, 75% des étudiant-e-s en Médecine n’ont pas d’activité rémunérée.

Santé

55% des étudiant-e-s femmes estiment avoir une (très) bonne confiance en elles. En comparaison, 75% des hommes évaluent leur confiance en eux comme (très) bonne. 

Auto-évaluation de différentes dimensions santé : « comment jugez-vous … »
jugement santé étudiants.png
Source : enquête Étudiant-e-s 2013

Plusieurs dimensions de la santé sont présentes dans l’enquête Etudiant-e-s 2014. Ces 5 dimensions, représentées dans le graphique ci-dessus, sont autoévaluées par les répondants.

Nous observons que la vision de l’avenir et l’alimentation sont les mieux évalués par les étudiant-e-s. En effet, 81% estiment avoir une bonne – voire très bonne – vision de l’avenir, et 82% affirment avoir une (très) bonne alimentation.

Par contre, la confiance en soi et la gestion du stress sont les deux dimensions le plus souvent affirmées comme (très) mauvaises. Par ailleurs, ce sont ces deux dimensions qui diffèrent selon le sexe, pour lesquelles on constate une moins bonne autoévaluation des femmes par rapport aux hommes.

Pourcentage d’étudiant-e-s déclarant avoir une (très) bonne Confiance en soi ou une (très) bonne Gestion du stress en fonction du sexe
confiance en soi H-F.png
Source : enquête Étudiant-e-s 2014

Tout comme dans la majorité des réponses qui expriment l’autoévaluation des compétences, les femmes annoncent plus souvent être en difficulté que les hommes. Etant donné que le taux de réussite ne diffère pas de manière conséquente selon le sexe, nous pouvons supposer que les étudiant-e-s femmes sont plus exigeantes envers elles-mêmes et s’autoévaluent de manière plus négative que les hommes.

Logement

53% des étudiant-e-s en première année vivent chez leurs parents. Pour les étudiant-e-s en bachelor, la proportion augmente à 65%.

Types de logement des étudiant-e-s
type logement.png
Source : enquête Étudiant-e-s 2013

 

Plus de la moitié des étudiant-e-s (53%) ayant répondu à l’enquête 2014 menée par l’Observatoire de la vie étudiante, sont domiciliés chez leurs parents. Ce résultat démontre que les étudiant-e-s entrant pour la première fois à l’université de Genève (population cible de l’enquête Etudiant-e-s 2014) sont pour la plupart encore financièrement dépendants de leurs parents. Ce confort quotidien est sans-doute un moyen pour eux de débuter leur parcours académique dans de bonne conditions afin d’optimiser leur probabilité de réussite.

Les résidents des logements universitaires sont quant à eux bien moins nombreux (8%). Les étudiant-e-s vivant hors du domicile parental sont plus enclins à vivre seuls ou en couple (20%) ou en colocation (12%).

Feuillets

2015

Les feuillets de l'OVE - n°4 - Les étudiantEs et le dopage cérébral

Notes thématiques

2016

Le logement étudiant (Etudiant-e-s 2015)

Les utilisateurs des prestations sociales du Pôle Santé Social de la DIFE (Etudiant-e-s 2015)

Le Pôle Uni-emploi (Etudiant-e-s 2015)

2015

2014

Emploi (utilisation des services Uni-emploi, activité rémunérée, projection sur le marché de l'emploi) (Etudiant-e-s 2014)

Données pour la commission des bourses (Etudiant-e-s 2011 2013)

2013

Santé (Etudiant-e-s 2013)

Emploi (utilisation des services Uni-emploi, activité rémunérée, projection sur le marché de l'emploi...) (Etudiant-e-s 2013)

2012

Conditions socio-économiques et conditions de vie (Etudiant-e-s 2011)

2011

Module santé (Etudiant-e-s 2011)

2010

Etudiant-e-s vivant chez leurs parents (Etudiant-e-s 2010)

Rapports

2009

Rapport 2009

2006

2004

Etudiants 2004

2001

Etudiants 2001

Articles et présentations

2015

Le dopage cérébral et le monde étudiant. Présentation internet à l'université de Genève, Juin 2015.

Diaporama Powerpoint

2010

Studying after Bologna in Switzerland, the students viewpoint. Empirical Evidence for the Development of the Bologna Process : 4ème rencontre internationale FREREF Uni 21, Université de Constance, novembre 2010.

Diaporama Powerpoint

2006

A la rencontre de la diversité étudiante. Profils d'étudiants à l'Université de Genève, Cycle de conférences "L'évaluation des systèmes d'enseignement: au-delà de PISA", Institut national genevois, avril 2006.

Article en ligne Nouvelle série des Actes de lʼING (Institut national genevois) - Livraison No 49, pp. 26-49

 

Le Pôle santé-social apporte une aide psychologique, médicale et sociale aux étudiant-e-s en difficulté. L'équipe de professionnel est présente pour écouter et apporter leur soutien aux étudiants qui en ont besoin. 

Pôle santé-social

Le service Uni-Emploi développe un certain nombre d'activités afin de familiariser les étudiant-e-s au marché de l'emploi. Ce service constitue un point de référence pour ceux qui recherchent un soutien afin de développer un projet professionnel.

Uni-emploi

Les services des activités culturelles et des sports universitaires ont pour mission de favoriser l'intégration des étudiant-e-s en proposant des activités extra-universitaires.

Activités culturelles

Sports universitaires

top